La Montagne aux Corbeaux

Magic doesn't exist, only in yours Dreams...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AdministratriceMaire • Chasseur
avatar

Alexandre Lupus
Administratrice
Maire • Chasseur

Messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 36
Localisation : Dans les Rues

Carte d'Identité
Profession: Chasseur
Etat Civil: Célibataire
Origine: Natif

MessageSujet: Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]   Mer 8 Avr - 1:10

Un bruit de feuillage, un moineau qui s’envole. Une branche qui craque sous sa patte, le gibier qui s’échappe. Alexandre était d’une humeur massacrante, ajouté à cela une chasse qui ne se passe pas bien et la perte de ses gants ce matin même. Tout était parfait dans le meilleur des Mondes. Ironie quand tu nous tiens. Il se dit qu’il ne servait à rien de continuer cette chasse matinale et qu’il ferait mieux de rentrer chez lui.

Et il courut. A toute vitesse en direction de la bâtisse. On ne pouvait l’apercevoir seulement si on se trouvait dans la clairière. Très peu de gens ont eu la chance d’arriver jusque-là, aussi, peu de gens peuvent se targuer d’avoir ne fusse qu’entraperçu la Demeure Lupulus. C’était un magnifique Manoir, style après-guerre. Une grande porte en Chêne permettait d’entrer dans la demeure. C’était une entrée qu’il utilisait peu, préférant grandement rentrer par les portes dérobées spécialement installée pour lui et son père quand ils étaient transformés.

Alexandre se sentait bien mieux lorsqu’il était à 4 pattes. C’est pourquoi il passait le clair de son temps sous sa forme lupine, encore plus lorsqu’il était chez lui, au cœur de la forêt. Il n’était pas rare qu’il s’endorme en loup sur ses beaux draps de soie, n’en déplaise aux femmes de ménage. Quelle joie pour elle de devoir laver tous les jours ces délicates étoffes. Alexandre n’en avait cure, elles étaient payées pour ça. Pas contente ? Au revoir Mademoiselle, puisse votre séjour sur Terre eut été agréable. Fort heureusement pour elle, elle ne se plaignait que très rarement, le salaire y était pour quelque chose.


Les heures passant, il était temps pour Alexandre d’aller faire son petit tour en Ville. Afin de n’éveiller aucun soupçon, il devait s’y rendre en voiture. C’était une vieille Panther de Ville, dernière folie de son père avant son terrible accident. Son chauffeur l’attendait sous le porche. C’était une des rares personnes à savoir se rendre jusqu’à la Demeure Lupulus, il était soumis au secret de sa localisation.

Arrivé à la Mairie, il se rendit directement à son bureau, contrairement à son habitude. Il devait dire à sa Secrétaire qu’il allait passer une mauvaise journée. Elle devait aussi passer une mauvaise journée. Elle se devait de soutenir son cher Maire. Alors qu’il lui faisait son câlin de bonjour, il lâcha un grognement en voyant les gants de fortune laissant apparaître ses griffes, cela augmentant sa mauvaise humeur, lorsque la demoiselle se rassit. Il gela ses vêtements en contact avec la chaise sur laquelle elle était assise. Condamnée à rester là toute la journée sous peine de déchirer son tailleur délicat si elle tentait de se relever.


Un sourire vint de dessiner sur les lèvres de l’homme alors qu’il entendait au loin pester sa charmante employée jurant qu’elle se vengerait de lui. Son humeur s’étant quelque peu améliorée, il se rendit dans les jardins jouxtant le bâtiment afin de s’unir à la Nature environnante. Il s’allongea donc au bord de l’étang faisant de ce fait fuir tous les canards. Les animaux pouvaient parfois être bien plus intelligents que les humains. Eux, au moins, sentaient le danger émanant du loup se Sibérie tapis au fond d’Alexandre. Pour rire, il grogna en direction des canards qui n’en demandèrent pas plus pour s’envoler de plus belle.

    « Fuyez mes petits, fuyez… » dit-il en rigolant.


Rien ne pourrait changer le sentiment de satisfaction et la bonne humeur qu’il avait à présent. Il l’espérait du moins…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdministratriceDirectrice • Prêtresse de la Nature
avatar

Mizuno K. Lilly
Administratrice
Directrice • Prêtresse de la Nature

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 25

Carte d'Identité
Profession: Directrice du pensionnat
Etat Civil: Veuf - Veuve
Origine: Natif

MessageSujet: Re: Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]   Mer 8 Avr - 2:34

Une douce journée s’annonçait. Vu ce qu’elle avait vécu à la Montagne, elle n’était pas prête d’y retourner. Elle se l’était promis ! Il était dix heures du matin quand elle posa un pied au sol. Elle n’avait pas faim ce matin, le fait que le vieux corbeau cramoisi l’a dénoncé auprès d’un être aussi peu attirant que le Dragon Slayer l’avait démoralisée. Elle alla donc se laver, savonnant ses cheveux d’un shampoing aux pommes. Elle se rinça, mit une touche de parfum et alla mettre sa combinaison en cuir noire. Seuls ses bras n’étaient pas emprisonnés par la combinaison. Et elle n’était réellement pas d’humeur à mettre une touche de couleur sur elle aujourd’hui. Enfilant ses bottes noires et sa cape, elle fila en ville. Sans but précis, elle avait encore quelques heures devant elle avant de se rendre sur son lieu de travail. Ce soir, elle allait devoir jouer à la gardienne. Le gardien avait prit sa nuit et personnes n’était là pour le remplacer. Malgré le fait que le travail ne lui plaise guère plus que cela, elle honorait ses paroles.
Elle traversa le marché, puis s’arrêta à l’un des stands. Ses cheveux étaient encore trempés et inondait sa cape d’eau. Mais elle n’y prêta pas attention. Elle se prit un café noir, non sucré avec une petite douceur avant de reprendre sa route. Une fois de quoi se nourrir un minimum dans les mains, elle continua son chemin.
Elle se souvint qu’Oswald avait parlé d’une autre personne pour remplir un rôle important en ville. Et qui d’autres que le Maire pour avoir un rôle important en pleine ville ? Elle décida donc d’aller lui rendre une petite visite. Cependant, une fois arrivée à son standard, la standardiste l’informa que celui-ci n’était pas dans son bureau et qu’il fallait un rendez-vous pour réussir à lui parler. Lilly, abasourdie par le fait qu’il fallait un rendez-vous officiel pour lui parler d’une chose censé « secrète », remercia froidement la secrétaire avant de sortir de la mairie.

♦ L’administration, du grand n’importe quoi !! J’ai que ça à faire de convenir d’un rendez-vous avec le roi de la ville.

Agacée de tous ces évènements catastrophiques, elle décida de se poser dans un coin d’herbe pour boire son café. Elle fixa longuement son pain viennois dans l’autre main, ne sachant pas quoi en faire. Le fait d’avoir que des évènements ennuyeux et négatives ces derniers jours, lui donnait envie de se défouler et non de se nourrir.
Elle s’avança donc au niveau de « l’étang », pour donner son pain aux canards. Elle coupa plusieurs bouts et les lança sans grande conviction au niveau des volatiles. Sentent à présent l’eau de ses cheveux glissé sur ses bras nus. Elle retira donc sa cape et la posa à terre. Pliée proprement. Elle ni tenais pas forcément, mais elle aimait prendre soin de ses affaires. Cependant, un homme beaucoup plus grand qu’elle avec une chevelure foncé marcha sur celle-ci, sans s’excuser. Allant s’installer confortablement un peu plus loin, au bord de l’étang. Elle le fixa d’un air incrédule.
Tapota délicatement sa cape, sans que la trace de pied ne s’efface totalement. Elle se mordit l’ongle du pouce, un peu plus énervée qu’il y a quelques instants. Et, pour couronner le tout, voici que ce même homme, faisait fuir les canards. Elle donna un coup de pied dans le tas de miettes qu’elle venait de faire, ramassa sa cape et se dirigea vers ce fou furieux. A quelques mètres de lui, elle se stoppa, le fixa et trouva son onde particulière. Autre que celui d’un humain. Ce n’était ni un sorcier, ni un dragon. Elle avait déjà croisé le chemin d’un RavensBlood, elle savait donc que ce n’était pas ça non plus. Il ne restait donc qu’une seule option. Un animagi ! Se rappelant que les ondes de son père avaient les mêmes intensités, elle levales yeux au ciel. Tout en continuant son avancé, jusqu’à ce posté devant lui. Lui cachant le peu de rayon de soleil qui se trouvait dans le jardin. Elle lui balança sa cape sur les genoux et lui rétorqua d’un ton méprisant :

♦ A ce que je vois, vous n’êtes guère un gentleman. Marché sur la cape d’une jeune femme sans même daigner s’excuser. Je me demande bien qui vous êtes pour réagir d’une telle façon. Vous avez certes la beauté d’un prince. Mais vous vous comportez comme un sauvage. Je vous demande donc des excuses !

Son sale caractère avait repris le dessus. Un sourire narquois naissant sur ses lèvres. Peut-être avait-elle trouvé de quoi s’occuper. Elle savait pertinemment que les animagus n’aimaient pas être provoqué. Mais elle détestait cette espèce tout comme elle haïssait son père. La lettre « W » dans son dos commençait à la brûlée peu à peu. Certainement un châtiment d’avoir eu une pensée pour son père. Qu’elle avait assassiné de sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdministratriceMaire • Chasseur
avatar

Alexandre Lupus
Administratrice
Maire • Chasseur

Messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 36
Localisation : Dans les Rues

Carte d'Identité
Profession: Chasseur
Etat Civil: Célibataire
Origine: Natif

MessageSujet: Re: Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]   Mer 15 Avr - 0:36

L’air environnant était si vivifiant. Une délicate odeur de Cardamine des prés accompagnée d’un délicat parfum de roses encore humides de la rosée du matin. Quelle idée géniale il avait pu avoir en ordonnant la réalisation de ces Jardins Municipaux. De plus, lorsqu’il posait son regard sur les multitudes de couleurs, c’était comme prendre un bon champignon sans tous les effets secondaires. De plus, pour un loup qui avait une très bonne vue, il pouvait se délecter de tous les petits détails ; jusqu’à l’abeille venant butiner sur cette petite pâquerette.

Son humeur avait bel et bien changé pour un mieux. Le soleil venant caresser la peau de son visage, le vent effleurer les lobes de ses oreilles, un sourire vint dessiner ses lèvres : Quelle magnifique journée. Alexandre, Bipolaire ? Vous m’en direz tant.

Alors qu’il était prêt à piquer un petit somme, une ombre vint stopper la course des rayons du soleil sur son humble personne. Ajoutée à cette ombre, une voix agaçante, nasillarde, une voix de femme. Il entendit son sermon sans vraiment l’écouter, il se contenta d’humer l’air qui avait changé au dû de cette présence nouvelle. Une odeur pesante, un mélange subtil d’une grande noirceur tentant de se cacher derrière un soupçon de pureté. Encore une personne qui ne pouvait s’affirmer telle qu’elle était dans la Société.

Agacé par la présente demoiselle qui ne semblait pas daigner le laisser profiter de son Jardin, il ouvrit un œil et dit :

    « Parce que vous vous considérez comme une gente dame ? Je ne me comporte en gentleman qu’avec les personnes dignes de mon respect. »


Glacial. Son humeur changeante, quel bonheur pour son entourage. Ne pouvant donc pas profiter de son petit coin de paradis, il se redressa et planta son œil dans le regard de la jeune femme face à lui.

    « Alexandre Lupus, Maire de la Ville. » continua-t-il après un court temps de pause en tendant la main. Glacial, mais courtois. Il était le Maire, il devait faire un effort s’il ne voulait pas se faire réprimander par sa jeune secrétaire, qui comme son ouïe fine pouvait encore l’entendre, pestait toujours de sa mauvaise blague.


Il avait bien pris garde en tendant sa main que, malgré les trous apparents sur les doigts du gant, ses griffes n’apparaissent pas. Il n’espérait pas un mouvement de la part de son interlocutrice, il ne le voulait pas. Son regard planté toujours dans le sien, l’air autour d’eux commençait petit à petit à se refroidir. Alexandre venait de repasser à son humeur maussade du matin, son humeur glaciale, et il voulait qu’elle comprenne bien qu’elle ne faisait que l’importuner.

    « Vous devriez remettre cette délicate cape sur vos épaules si vous ne voulez pas prendre un coup de froid. » suggéra-t-il. Cela sonnait à la fois comme un conseil mais également comme une menace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdministratriceDirectrice • Prêtresse de la Nature
avatar

Mizuno K. Lilly
Administratrice
Directrice • Prêtresse de la Nature

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 25

Carte d'Identité
Profession: Directrice du pensionnat
Etat Civil: Veuf - Veuve
Origine: Natif

MessageSujet: Re: Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]   Mer 15 Avr - 19:21

Ainsi, comme Lilly avait l’habitude d’entendre, elle était méprisable. Non digne de respect. Elle sourit à l’homme, montrant que ses paroles ne l’atteignaient absolument pas ! Un gentleman disait-il ? Pour ne pas prêter attention aux affaires d’autrui, sans prononcé un mot d’excuses n’est pas être un gentleman. Elle le trouvait d’ailleurs bien arrogant pour une personne de sa « classe ».
Il planta son regard dans le sien. Soutenant celui-ci, sans cillé d’un cil. Le maire ? Lilly retint un rire moqueur. Il se moquait d’elle, n’est-ce pas ? Pourquoi le corbeau avait-il choisit des personnes aussi différente pour « gouverner » sur ses territoires ? Elle ne comprenait pas la logique du Mage. Avait-il une logique d’ailleurs ? Elle n’en savait rien.
Elle fixa, sans pipé mot, la main tendu de celui-ci. Sans bouger ne serait-ce le petit doigt pour lui rendre sa poigné de main. Elle n’en avait pas envie. Touché un être aussi glacial et peu sociable ne l’intéressait absolument pas. Il lui proposa, ou plutôt ordonna, d’enfiler sa cape. Et certainement de partir par la même occasion. Son ton menaçant ne plaisait guère à la sorcière. Elle posa ses mains sur ses hanches, montrant une moue provocatrice. Elle n’allait pas laisser passer cela.

♦ Dire que je suis enchantée de vous rencontrez serait un mensonge. Je ne le dirais donc pas. Monsieur Lupus ! Je me nomme Mizuno Lilly, directrice du pensionnat aux corbeaux. J’imagine que, maintenant que je vous aie trouvez, il va falloir que je vous dise pourquoi je suis venue vous cherchez.

Elle regarda sa cape, d’un air de défie. Elle n’avait pas envie de se rabaisser face à cette espèce de bête sauvage. Bizarrement, il lui faisait penser à son père. Ils étaient donc tous ainsi chez les Animagus ? Elle poussa un léger soupire, très discret et décida de s’asseoir face à son interlocuteur.

♦ Si vous permettez, je m’installe. Vous pouvez baissez votre main, je n’aime pas serrer la main à un Animagi. Et, c’est très sympathique de votre part de me suggérer aussi gaiement de me couvrir, mais je n’ai absolument pas froid.

Elle sourit de nouveau, fière de lui lancé tous ces petits pics. Elle savait que cela allait énerver Alexandre, mais elle s’en foutait royalement ! En réalité, elle comptait lui posé les questions qu’elle souhaitait et repartir à son manoir. Se promener en ville ne lui plaisait pas. Et maintenant qu’elle savait comment était le maire, elle avait encore moins envie de visiter les ruelles de la ville. Ont dit souvent que le maire reflète les gens d’une ville. Enfin, village dans notre cas. Elle n’avait donc pas réellement envie de se liée d’amitié avec ce genre de personnes. Ils n’étaient qu’impoli, sur d’eux, ignorant.
Elle se servit de sa mallette comme accoudoir. Prenant appuie convenablement dessus, elle regarda les alentours du jardin. Fixant un papillon d’un bleu turquoise dégradé d’un mauve. Elle le trouvait tout bonnement magnifique. Mais elle n’était pas venue ici pique-niqué en compagnie du maire à regarder les papillons volés. Elle se reprit et commença son questionnement.

♦ Peut-être pourriez vous m’éclairer sur un point. Savez-vous pourquoi nous avons été choisis, exactement, par Lord Oswald ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdministratriceMaire • Chasseur
avatar

Alexandre Lupus
Administratrice
Maire • Chasseur

Messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 36
Localisation : Dans les Rues

Carte d'Identité
Profession: Chasseur
Etat Civil: Célibataire
Origine: Natif

MessageSujet: Re: Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]   Lun 25 Mai - 22:39

Froid. Il commençait à faire froid. Alexandre n’avait pas froid, mais cette chère Nature commençait à montrer des signes de faiblesses. La délicate Cardamine des prés qui avait, quelques instants plus tôt, égayer l’humeur du Maire, ne pouvait que subir et ployer sous l’air gélifiant l’entourant tel un voile de mort.

Cela ne se passerait pas comme ça. Il n’allait pas être dérangé par cette harpie rousse. L’image qui se dessinait dans son imagination était des plus plaisantes. Ses griffes, profondément enfouies dans le délicat bassin de son interlocutrice du jour. Alors qu’il l’avait serrée contre lui dans une étreinte charnelle, il lui avait planté ses griffes en elle. Il pouvait sentir le sang dégouliner sur son avant-bras, son odeur âcre quoiqu’un peu sucrée, la demoiselle devait certainement manger trop de sucreries ; la chair délicate de ses organes attaquée par ses doigts, priant pour ne pas être déchirée. Et son visage. Oh oui son visage. Un visage figé par l’effroi, la surprise, mais surtout par la lividité et la pâleur de la mort se rapprochant dangereusement de la rouquine.
Un sourire rêveur était dessiné sur son visage. Ses canines avaient légèrement poussé malgré lui. Ses divagations et espoirs furent coupés net par cette voix féminine qui commençait par l’insupporter.

Bien malgré lui, il écouta ce qu’il avait à dire après qu’elle eut parlé de Pensionnat et Directrice. Ainsi c’était donc elle son homologue. Mizuno Lilly. Un nom à la fois délicat et puissant. Mizu signifiait « eau » en japonais. L’eau apaisante d’un ruisseau, l’eau dévastatrice d’un tsunami. Vie et mort. Alexandre vint à se demander si cette jeune demoiselle avait elle aussi 2 facettes.
Son humeur changea de nouveau.

« Je ne voudrais pas que ma chère collègue prenne froid. » dit-il sur un ton d’où suintait le courtoisie.

Aussitôt dit, aussitôt fait, il mit fin à l’air polaire qui avait pris place par son fait. Il entendit presque le soupir de soulagement de la petite Cardamine.

Alexandre était maintenant fasciné et intrigué par son interlocutrice. Il la dévisageait avec autant de pudeur qu’un enfant regardant le dessert qu’il s’apprêtait à manger. Il l’écoutait maintenant attentivement, aussi, quand elle lui demande s’il savait quelque chose par rapport au choix plus qu’audacieux de ce cher Oswald.

« Ma chère Lilly » commença-t-il. « Je peux vous appeler Lily, n’est-ce pas ? » Il marqua une petite pause, n’attendant pas vraiment de réponse de sa part étant donné qu’il l’appellerait comme ça à partir de cet instant, consentement ou non. « Vous m’en voyez désolé, je ne suis malheureusement pas plus au courant que vous. Il m’a été assigné, tout comme vous je suppose, une mission. Ce Corbeau nasillard a sûrement de grands projets pour ce village, n’est-il pas merveilleux que nous en fassions partie ? » Finit-il par un ton plus guilleret.

Il était vrai, que lorsqu’Oswald lui avait confié les clés du Village, il s’était lui-même demandé : Pourquoi ? Mais il semblait que demander le « Pourquoi » à ce Sorcier était peine perdue. A chaque entrevue, quand Alexandre venait à aborder ce sujet, ce Fourbe s’envolait ni plus ni moins, sans demander son reste. Alexandre n’appréciait guère les actions de cet oiseau de malheur, mais il trouvait néanmoins le personnage intéressant. C’est pourquoi il avait accepté l’offre d’emploi.
Toujours était-il qu’Alexandre voulait maintenant en savoir plus sur la Directrice.

« Quel bon vent vous amène ? Mise à part cette interrogation fortuite qui vous torture l’esprit à présent. » Il avait envie de jouer avec la mèche de cheveux qui reposait délicatement sur l’épaule de la demoiselle. Il huma légèrement, une odeur de pomme vint chatouiller son museau. Oh grand Dieu, il la croquerait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vole mon Petit Canard. [PV Lilly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le syndrome du vilain petit canard
» Petit canard boiteux.
» le petit canard - réponse aux blagues sur les belges :-)
» 19ème étape : Avilain petit canard - La Granja. Real Fábrica de Cristales - beauvais, atfiche de National
» Vilain p'tit canard devenu cygne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Montagne aux Corbeaux :: Le Village d'Oswald :: La Mairie :: Les Jardins-